=Just Be Wise= Minimalist Blogging since 2002

Comment c’est arrivé

10.03.2008 · Posted in General

Depuis quelques mois, j’aime à pester en milieu clos sur ce que devient le monde de l’Internet français, alors je râle, je râle, c’était mieux avant et tout, et on râle tous ensemble, on se moque de ces jeunes débiles de 20 ans qui essayent d’apprendre tout à tout le monde et qui ont les dents tellement longues qu’ils confondent passion et ambition.
Puis ma super gonzesse de compétition tente un coup de poker en proposant à Chronic’art et son équipe de rédaction un dossier complet sur cette nouvelle race qui fréquente notre Internet, qu’on peut donc appeller « néo-blogueurs« , même si certains semblent déjà parler comme des dinos alors que leurs archives ne remontent qu’à 2006 (oui là, on peut dire que si on mesure la bite, j’en ai une grosse), et, banco, le rédac’chef est emballé, et moi, de mon côté je me dis que le sujet est tellement glissant que je me demande si même avec ma bouteille et mon ventre élargi je pourrais traiter la chose correctement sans sombrer rapidement dans l’insulte de jeune.
Au début, j’éprouvais le sentiment que je DEVAIS faire le vieux sage et exiger certains passages, puis je me suis vite rendu compte que c’était un manque flagrant de confiance dans les compétences de ma chère compagne, et que vu qu’elle s’était correctement investie dans le sujet, je pourrais me contenter de faire comme les jeunes de nos jours, le consultant-expert-influent-tavu.
Grand bien m’en a pris, car dès la lecture de la première RC (prends-ça lecteur pseudo-geek, cherche donc sur google), c’était bluffant, j’avais entre les mains quelque chose de complet et bluffant, et lorsque j’eu enfin l’occasion de lire le papier dans sa version finie et mise en page, damn, j’avais l’impression qu’un journal parlait enfin la même langue que moi, avait une analyse correcte, complète et interessante du phénomène, que j’en oubliais même que ça avait été écrit par la personne qui fait caca dans les même toilettes que moi.
C’était tout simplement parfait, alors du coup, je me suis senti super subjectif mais crotte, d’habitude, j’arrive très bien à avoir ce regard objectif sur les productions du Pr Freckles (« c’est pas marrant, je te mets pas 5 étoiles moi, à la limite 2 »), et là encore, j’en suis certain, j’ai bien lu avec le recul suffisant, et putain, c’est bieng.

Puis arrive le jour de la publication, à vrai dire, on attend un peu tous la réaction des vieux, des ados, des jeunes teubés, bref de tout le monde, parce qu’on se dit « mince, c’est le premier vrai bon article sur les blogs en France » et là, patatrac, on s’y attendait, mais MonsieurDream envoie le premier coup bas en ne photographiant et diffusant que le « Top worst », petite bêtise de sa partner in crime en fin de dossier pour de rire, soit environ 1/20e du total de ce qui a été produit ces dernières semaines, là desuite je pense « oh lalala, on est mal parti, ça sent la couille foireuse ». Bingo, le jeune impudent diffuse la photo aux « interessés » qui commencent les menaces de poursuite et divers damage control « lolilol j’aime qu’on parle de moi », et zappent complétement la substance du dossier, l’essence même du problème de cette nouvelle engeance démoniaque d’Internet, pire que le caca allemand avec des bâches.
Alors évidemment on peut pas en vouloir à des gens de se sentir vexés si on parle directement d’eux en termes « négatifs », c’est logique, les défenses se lèvent, mais là où on voit l’effet pervers que je qualifierai de TF1-jeux-de-rôle-suicide-satanique, c’est que la ribambelle de suiveurs ne réagissent non pas sur le contenu du dossier de Chronic’art, mais sur les plaintes lamentables de chouineuses concernant ce fameux 1/20e de dossier, et que j’y vais de « c’est pas bien » ou de « ils ont bien raison ! », peu importe l’avis, c’est foutu, le cancer est répandu, on se croirait dans un vieux montage sensationnel de Confessions Intimes, on perd toute la substance et le travail pour s’offusquer sur 3 conneries, ça me peine, non pas parce que ça touche une personne que je connais, à vrai dire, ça fait partie du boulot, mais parce que ces gens sont COMME D’HABITUDE passé complétement à côté de l’histoire.

nice
Thank you spud for the lulz

Alors qu’est-ce que j’en pense des néo-blogueurs ? J’aimerais utiliser une petite image pour expliquer un petit peu l’idée :
Ce qui se rapprocherait le plus dans la « vie réelle » de ce qu’est un blog, c’est un bar. Le blogueur arrive dans le bar, lance quelques idées alentour, les soulards présents avec lui l’écoutent ou pas, lui répondent ou pas. Avec un peu de discussion, le blogueur arrive ainsi à échanger avec d’autres personnes sur des sujets plus ou moins personnels, plus ou moins créatifs et plus ou moins polémiques, on retrouve donc l’intéraction sociale normale à laquelle on est tous habitués, il arrive parfois que quelqu’un rentre dans le bar et crie ANUS, certains rient, d’autres râlent, des copains peuvent aussi venir partager des anecdotes honteuses, ou apprendre des nouveaux aspects du blogueur.
Imaginons alors arriver après quelques temps de serein bordel des jeunes nouveaux dans le bar, les premiers commencent à se méler de toutes les discussions, ayant un avis sur tout et tout le monde, et n’hésitant pas à écouter puis remacher les informations, peu importe la redondance, vu qu’ils commencent à parler plus fort, et surtout attirent plus l’attention sur eux, à grand renfort de « viens m’écouter ! regarde ce que je dis c’est interessant », à ce moment là arrive un soulard plus malin, il se dit qu’avec toutes ces discussions, il peut bien soutirer un peu d’argent à des marques d’alcool qui en ont bien trop en demandant à ces jeunes qui parlent fort et que les tous les nouveaux clients du bar sont bien obligé d’écouter en entrant, de parler un peu de la nouvelle vodka, en échange de quelques verres gratuit.
Certains refusent évidemment, et certains voient là-dedans une vraie perspective de carrière, on leur donne une casquette SUPERVODKA, un pin’s SUPERVODKA, un tshirt SUPERVODKA, et on leur demande donc d’en parler le plus possible, mais discrètement quand même. A ce moment, le bar est de plus en plus rempli, la musique est plus forte et les discussions de moins en moins possible, on se limite à des « ok ! » ou des « ahahaha pareil », et puis bizarrement tout le monde a des choses à dire, ne serait-ce que pour répeter ce qu’il a entendu 5 minutes avant, peu importe la pertinence, il faut parler de la même chose que les autres, et le plus possible ! par exemple de … heu .. SUPERVODKA !?
Arrive enfin le public du bar le plus intéressant, ceux qui étudient, mais attention, pas le comportement, non ça c’est tabou, vu que de toutes manières, étudier les clients du bar, c’est étudier toutes les couches sociologiques de France, mais ils étudient comment optimiser les discussions, faire en sorte qu’elles soient toutes rentables, bien orientées, influentes et surtout que le temps passé au bar ne soit pas du temps perdu mais génère un maximum de revenu, ils arrivent même à convaincre tous ces jeunes de porter une casquette SUPERVODKA, un pin’s GENIALMARTINI et un tshirt LOLILOLPASTIS, en les invitant pour boire de chaque produit régulièrement, faisant ainsi de nombreux envieux autour qui se disent qu’en faisant pareil, ils auront eux aussi leur part du gateau.
Et finalement, quand les gens sont arrivés dans le bar, il y avait déjà des filles en bikini qui servaient de la SUPERVODKA avec un arroseur, des gens à des tables VIP que tout le monde osait à peine approcher et qui ne discutaient qu’entre eux, lâchant quelques miettes de commentaires alentour, et juste au fond, dans un coin noir et sombre, quelques vieux radoteurs qui se plaignaient du boucan, alors quel comportement choisir si ce n’est celui qui est le plus bling bling, celui qui rapporte les pin’s ?

Oui, la blogosphère est passé du bar des sports à la discothèque macumba.

Comments are closed