Rotten to the core

Il est de notoriété internationale que mes dents sont de piètre qualité.

Ceci est certainement dû au fait que je fuis ma dentiste à l’air autoritaire afin de me réconforter dans l’illusion qu’un jour, mes dents seront éternellement résistantes et comme celles de tous ces gens qui disent « oh moi chaque fois que je vais chez le dentiste, il me dit que tout est parfait que si tout le monde était comme moi il aurait plus de travail ». Mais non. Mes dents sont fragiles et usées par les années de patoketchup cocalite, et j’écris ce post à moitié paralysé par la dose massive d’anesthésiant qu’il a fallu m’injecter pour ne pas sentir la fraise me curer la pulpe du nerf afin de procéder à ma quatrième dévitalisation.
Je me demande du coup à quoi sert d’avoir un nerf dans la dent, vu que depuis les années je mâche sur de l’amalgame posé dans mes dents sans nerfs, sans pour autant ressentir une gène particulière. A la limite, plutôt que de faire porter à ces pauvres adolescents un appareil pour normaliser leur ligne dentaire, on pourrait pas carrément tout arracher et tout remplacer par des trucs en plastique, avec un contrat de maintenance régulier ?
Et quand j’aurais 80 ans, est-ce qu’il me restera quelque chose de viable dans la machoire, ou seulement des rivets en inox sur lesquels seront posés des morceaux de céramique ?
J’envierai presque ce moment qui m’évitera de penser à quand je vais devoir subir une douleur dentaire et les opérations de forage/ramonage/remplissage qui s’en suivent.

Oldboy dents