=Just Be Wise= Minimalist Blogging since 2002

La Vengeance (2012) Film DTV de Mohammed Mehadji et Stevens Simon

02.29.2012 · Posted in Critiques SC

Morsay a pris sa bite son couteau et ses copains de quartier pour monter un film à sa gloire, où il sait se montrer « rapide et trop fort », misogyne et souvent faire preuve que c’est un mauvais ami à qui on ne peut pas faire confiance. Par exemple, il accepte l’invitation de son copain à manger au restaurant avec deux filles bourgeoises, et pour l’en remercier, vole de l’argent aux filles et laisse son copain payer l’énorme note sans argent.
Le film est une suite de petites saynètes sur la grandeur et la modestie de Morsay avec de temps en temps un rappel à l’histoire de fond, qui est celle d’un flic nazi qui se fait retirer sa plaque pour avoir trop abusé et se retrouve drogué et à la tête d’une bande de skinheads débiles, et cherche à se venger de Morsay.
Ces petites saynètes n’ont souvent aucun sens et ne servent qu’à flatter l’ego de Morsay, elles sont parfois touchantes et amusantes, comme le vol de pépitos au supermaché, parfois n’ont aucun sens comme une tirade contre la cocaïne où Morsay se retrouve à la tête d’une grosse opération de deal de drogue, seul moment du film où il n’apparaît pas comme un RMIste sans le sous, sans rapport donc avec le reste de l’histoire.
Au milieu de tout ça, il y a quelques instants réellement sympathiques sur la vie de cité, comme le coiffeur public ou le barbecue avec les jeunes garçons du coin, on sent la très forte inspiration de la Haine de Mr Kassovitz qui n’est pas un film à moitié nul, et qui a sûrement touché la corde sensible de nos acteurs/réalisateurs/scénaristes/producteurs/musiciens.
Morsay est aussi accompagné de son frère Zehef qui joue le rôle du compas moral, celui-ci refuse les petits trafics et les embrouilles, préférant les affaires légales de vente de t-shirt Truand2LaGalère qui semble excessivement bien marcher vu que 99% des personnages du film en portent. Malheureusement comme Morsay se plaît à lui souligner lors d’un monologue de 5 minutes, Zehef perd de vue ses origines qui sont un milieu modeste et la magouillette.
La fin est ce qui tient le mieux dans le sens où les saynètes egocentriques cessent pour une vengeance pure et dure et une scène de combat qui mène au climax d’avant générique, où la phrase de dialogue pour lequel l’intégralité du film a sûrement été construit.
Mon avis ? C’est qu’on a beau dire que ce sont deux guignols qui font sûrement tout ça pour amuser leurs potes et aussi la galerie en passant pour des idiots, ils ont tout de même monté, écrit, produit, réalisé et mis en musique un film de 2h avec une tripotée d’acteurs amateurs, des costumes et surtout des décors, chose que la plupart d’entre-nous ne seraient malheureusement pas capable de faire. Evidemment tout ça respire très très fort l’amateurisme et la prise de son est catastrophique, mais le naturel des potes acteurs est rafraîchissant et fera de La Vengeance un film qui tournera encore dans 10 ans sur Internet et dans les soirées pour rigoler entre copains.

3

Comments are closed